Blogueur, digital nomad et SDF de luxe

Si vous lisez ce blog et que vous regardez mes vidéos, vous savez que j'ai le projet de partir vivre à Maurice d'ici 5 ans. Ce n'est pas que pour des raisons de charges trop élevées en France ou de soleil sur l’Île Maurice, j'aurais l'occasion d'en reparler dans un prochain article. Dans cet article, on va parler de certains vendeurs de rêves qui vous font espérer une vie plus belle, mais qui, au final ont probablement une vie moins heureuse que la vôtre...

Qui sont ces vendeurs de rêves ?

De plus en plus de blogueurs font la promotion du "digital nomadisme" depuis le livre La Semaine de 4 heures, de Tim Ferriss. Je vous recommande ce livre si vous ne l'avez pas encore lu. C'est un des livres qui m'a le plus inspiré et le plus motivé au début de mon activité. Je pense avoir fait beaucoup de choses suite à ce livre. Je pense avoir pris des décisions plus intelligentes grâce à cet ouvrage.

Le digital nomadisme est le fait de vivre et travailler en voyageant. C'est une très belle philosophie de vie, qui peut beaucoup vous apprendre sur vous-même et sur le monde. D'ailleurs, j'aimerais beaucoup faire un tour d'Europe, puis un tour du Monde dans quelques années. On dit que les voyages forment la jeunesse, je pense en effet qu'ils apportent une vision, une connaissance du Monde plus réaliste.

Alors pourquoi je gueule encore ? Pourquoi écrire cet article alors que je suis visiblement d'accord avec ces gens qui ont décidé de faire du digital nomadisme ? Parce qu'il y a 3 types de personnes à distinguer :

  • Les vendeurs de rêve
  • Les digital nomads
  • Les expatriés

 

Définition de "vendeur de rêve", "digital nomad" et "expatrié"

Vendeur de rêve

Le vendeur de rêve, c'est celui qui vend des formations à 1000€ pour vous apprendre à venir se faire chier comme lui en Asie du Sud-Est. Je vous expliquerais après pourquoi l'Asie du Sud-Est. Pourquoi il voyage ? Pour payer moins d'impôts, quitte à avoir une vie finalement assez triste. Il a lu plein de livres sur la théorie des 5 drapeaux. On aura tout l'article pour expliquer comment reconnaître le vendeur de rêve.

 

Digital nomad

Vizeo, Kalagan, ou encore Olivier Roland, vous en connaissez forcément. Eux, ce sont de vrais digital nomads. Ils parcourent le Monde avec leur activité sur le dos. Ils ne font pas tous la même chose. Certains vendent des services en ligne, d'autres des formations (pas forcément sur "comment devenir digital nomad"), d'autres ont une boutique en ligne qu'ils gèrent à distance.

 

Expatrié

Il y a ensuite les expatriés. Je ferais peut-être parti de cette catégorie si je pars à Maurice. Les expatriés ne partent pas seulement pour les conditions fiscales meilleures à l'étranger. Ils partent souvent pour des projets, des conditions de vie différentes. Certains sont salariés, mais la plupart sont chef d'entreprise. Parmi ces chefs d'entreprises, certains ont un business sur Internet, et d'autres ont un business "en dur".

 

Qu'est-ce que je reproche aux "vendeurs de rêves" ?

Je reproche aux faux digital nomads d'embellir leur vie en faisant croire qu'ils vivent un conte de fée alors qu'ils ont une vie plus triste que la plupart des français, belges ou canadiens. Dans cet article je vais vous expliquer pourquoi je les trouve incohérent dans leur promesse de vie meilleure, et pourquoi leur vie ne me fait pas rêver du tout.

Encore une fois, faites bien la distinction entre les digital nomads, qui bougent d'un pays à un autre pour découvrir de nouvelles cultures et de nouveaux styles de vie, et les faux digital nomads qui veulent juste payer moins d'impôts en utilisant la technique des 5 drapeaux et ce genre de conneries. Je ne suis pas assez "routard" pour être digital nomad.

Comme je vous le disais, j'aimerais faire un tour d'Europe, puis un tour du Monde pendant quelques mois, mais je ne me verrais pas faire ma vie à bouger tout le temps. Après ce tour du Monde, j'aimerais m'installer à Maurice en mode "fixe", voyager de temps en temps, et faire venir ma famille plusieurs fois par an sur l'Île. Allez, c'est parti, on va maintenant parler des faux digital nomads !

 

Les faux digital nomads ne gagnent pas d'argent...

À part le RSA qu'ils touchent malgré qu'ils ne soient plus en France depuis des mois. Dans leurs vidéos ils vous font croire qu'ils gagnent très bien leur vie. En réalité ils ne gagnent rien à part les ventes de formations qu'ils font en vendant du rêve aux gens qui ne se sentent pas bien dans leur pays.

 

Les faux digital nomads ne sont jamais avec leur famille...

Alors qu'ils vous vent des formations à 1000 balles pour "passer plus de temps avec votre famille en devenant financièrement indépendant". Alors oui c'est leur choix, mais ça fait un peu "faites ce que je dis, pas ce que je fais". Quand, dans une page de vente on nous rabâche 3 fois que cette formation va nous permettre de passer plus de temps avec notre famille, de travailler quand on veut, etc, et qu'on se rend compte qu'eux-même ne sont JAMAIS avec leur famille, c'est assez drôle.

Bon perso je ne vous parle pas trop de famille dans mes pages de vente. Je vous parle en effet de "travailler quand vous voulez", mais assez peu de famille, parce que je préfère vous laisser imaginer de ce que vous ferez avec plus de temps libre. Par contre je vous parle souvent que je ne travaille pas le mercredi pour pouvoir être avec mes neveux, aller au foot, jouer à la console et tout et tout ! Je vous en parle pour vous donner un exemple de ce que vous pouvez faire avec ce temps libre supplémentaire.

Mais je trouve toujours bizarre ces vendeurs de rêve qui vous disent de créer un business sur Internet pour pouvoir être plus proche de votre famille, et qui eux-même ne passe aucun moment avec leur famille. En général ils disent eux-même qu'ils ne voient pas beaucoup leur famille. Et je trouve drôle qu'ils soient quand même crédible en disant qu'on va passer de super moment en famille grâce à leur formation.

 

Les faux digital nomads se font chier...

Alors que les vrais voyagent et découvre des choses ! Le vrai nomade digital n'a pas le temps de s'ennuyer. Une fois qu'il commence à connaître un peu trop un coin, il s'en va pour découvrir autre chose. Dans les vidéos des vendeurs de rêves, on les voit faire constamment la même chose : travailler, acheter une nouvelle caméra pour leur vlog, boire des verres, aller faire les courses.

 

Les faux digital nomads ne sont pas géographiquement libre...

Ils doivent rester entre la Thaïlande et les pays voisins. Il y a quand même mieux comme "nomadisme". Ils sont bloqué par leur règle des 5 drapeaux qui les empêche d'aller réellement où ils veulent, et d'être vraiment libre. Et quand ils partent dans un autre pays, ils doivent constamment réfléchir à combien de temps ils pourront passer dans le pays. Ils vendent du rêve, mais ne sont pas loin de vivre le cauchemar...